Asset 3

La fin d'une aventure.




Vous étiez nombreux et nombreuses en message privé à me demander si le canal reprendrait ses publications comme auparavant. Après mure réflexion, je dois vous avouer que la passion ne m’anime plus et la flamme de l’envie s’est éteinte.

Quand j’ai commencé le canal telegram en 2020, j’avais 20 ans, fils d’ouvrier et sans aucun contact dans le journalisme. Je rêvais de faire partie de ce milieu. La progression du nombre d’abonnés et les interactions que j’avais avec vous me donnaient une joie impressionnante pour continuer de publier à n’importe quelle heure.

Les années sont passées, l’équipe a grandi, je suis passé de seul à une dizaine de membres bénévoles. Nous avons su nous réinventer en faisait des podcasts, des vidéos, un site web, créer un canal dédié au sport.

Aujourd’hui, j’approche les 26 ans. Nashira News m’a ouvert les portes du Parlement européen, des coulisses de la Présidentielle 2022, de grands événements nationaux, et pour finir mon plus grand rêve : la carte de presse. En plus de cinq ans, mes centres d’intérêt ont évolué. Je n’ai plus envie que Nashira me demande 60% de ma vie personnelle du matin au soir.

C’est désormais la fin de Nashira News. D’ici quelques semaines et mois en fonction du temps des procédures, je vais fermer l’association et quitter mon poste de président. En toute transparence, les dons ont été utilisés pour faire vivre les serveurs du site web et les déplacements sur les événements que nous avons couvert. Si certaines personnes veulent discuter du parcours de Nashira News et d’autres sujets, mes messages privés restent ouverts.

Je tiens à remercier tous les membres qui ont participé à l’un des plus gros projets de ma vie (Gregoire, Nour, Allan, Ange, Caro, Thierry, Seb, Nassim, Nekop, Claire, Leo-Samuel, Timothé, Ange, Theau, Claire, Simon, Jules, Consuelo, Marie…). Merci à tous les acteurs français et internationaux qui ont répondu à nos demandes d’interviews et nous ont acceptés dans certains lieux sans carte de presse.

Et encore une fois, MERCI à vous.

— Dylan Tracz